Book Review: Hot Maroc

La cover est juste magnifique et puis c’est un auteur marocain, of course j’allais acheter le livre et le lire en priorité uno en cette nouvelle année 2021 😀

Synopsis

Hot Maroc est l’histoire d’un antihéros, Rahhal, personnage insignifiant, lâche et timoré qui, par le biais des réseaux sociaux, règle ses comptes avec ses “ennemis intimes”, c’est-à-dire toute personne ayant mieux réussi que lui. Son immense aptitude à nuire par clavier interposé est découverte et appréciée à sa juste valeur par les services de sécurité. Et le voilà soudain contraint d’utiliser ses talents de blogueur pour répandre sur la puissante revue électronique Hot Maroc les rumeurs assassines et les fake news que lui dictent les taupes du gouvernement.

Véritable radioscopie de la nouvelle société marocaine née des bouleversements socioéconomiques que connaît le pays depuis les années 1980, ce premier roman de Yassin Adnan dénonce avec verve tous ceux qui, à l’ombre du pouvoir, bloquent la marche du Maroc vers la démocratie. Qu’il s’agisse de bourgeois affairistes, de prédicateurs démagogues, d’universitaires prétentieux ou d’anciens militants apprivoisés, tous se retrouvent impliqués à leur insu dans la féroce “comédie animale” imaginée par le diabolique Rahhal, et brillamment restituée par l’auteur. 

Mon avis

Un excellent livre pour un premier roman de l’auteur Yassin adnan. Franchement Bravo!

Dès le début je fus happé dans l’histoire de Rahhal, personnage marginal dans cette comédie de la vie et qui au fil des années se construit une double identité. Cette petite voix interne qu’il utilise virtuellement pour vider sa conscience de ses réelles pensées et cracher son venin sur ses faux-ennemies. De son harcélement scolaire à l’établissement de sa vie d’adulte, on suit la lente évolution de Rahhal et sa « maturité » envers ce serial commenteur qui règne sur les réseaux sociaux et forums marocains.

Le rythme du roman était top maîtrisé au début mais lent et lourd vers la fin. J’avais l’impression que l’auteur s’était épuisé à la page 300 alors que le livre a 464 pages. Au fil de ma lecture, je sentais que je n’arrivais plus à tenir et que j’étais bombardé de nouvelles informations et intrigues à chaque chapitre ou section du livre. Cela a rendu ma lecture similaire à un parcours d’obstacle et me laissait confuse quant à certaines intrigues dont la majeur est quand même restée inachevée.

J’ai adoré la description des personnages, cette analogie aux animaux aidait à mieux visualiser les différents personnages. Il est indéniable que l’auteur a une excellente maîtrise du style descriptif et a rendu hommage à Marrakech, ses recoins et les divers établissments scolaires. L’introduction de nouveaux personnages annexes et de leur « backstory » était un couteau à double tranchant: cela permis de mieux saisir certains moments de l’histoire mais à alourdi le récit de détails parfois insignifiants et qui ne supportent pas la trame.

La description de la vie a Marrakech et du quotidien des marocains avant et après les réseaux sociaux est superbement décrit. C’est une fenêtre ouverte sur a vie, les déboires et aventures de différents personnages que l’on voit dans la rue: de la serveuse du café au vendeur de fruits et légumes. Ne connaissant pas vraiment Marrakech, j’ai aimé lire sur ce côté non médiatisé de la vie là bas, sur les quartiers populaires, moyens de transports…. cela m’a fortement rappelé Casablanca 😀

Image result for casablanca quartier populaire

Personnellement j’ai adoré le passage de la fac qui représente environ les 100 premières pages car cela m’a rappellé ma propre expérience à la faculté de Kénitra. J’ai reconnu tous les événements: des manifestations aux petits groupes assis à la buvette. J’ai aussi adoré les références littéraires qui sont éparpillés tout au long du récit. L’auteur mentionne des auteurs arabes, marocains et des versets du coran ce qui rend la lecture plus intelligente et évite au récit de tomber dans la case  » texte sans profondeur ».

Cette version du livre en français est une traduction car le livre Hot Maroc est écrit en arabe à l’origine. Je pense qu’il y a eu un impact du style de traduction sur le récit, je vais lire la version en arabe pour comparer et voir ce qu’il en est 😀

Hot Maroc aurait du être écrit en 2 livres car ces 464 Pages étaient riches d’intrigues mais pour la majorité, elles ne sont pas allé jusqu’au bout et on reste sur sa faim. Je ne sais pas s’il y avait un message spécifique que l’auteur voulait adresser au lecteur, pour ma part j’ai compris de ce livre qu’on a tous un patronus animalier (Vous avez saisi la référence ou pas ? 😀 ) et que les réseaux sociaux sont réellement un fléau digne des 7 péchés capitaux.

Hot Maroc est un bon livre que je n’hésiterais pas à recommander à des gens qui souhaiterais découvrir de la littérature moderne marocaine et qui pense que Marrakech est que du luxe et du glamour 😀