Book review: Le manuscrit retrouvé

Book review: Le manuscrit retrouvé

French article as the book is in french, sorry guys 😀

Mes amis vous le diront, je n’aime pas Paulo Coelho, d’ailleurs je le considère comme étant le Justin Bieber de la littérature. Et donc, suite à une conversation avec un ami, grand fan de cet écrivain, j’ai décidé de lire un de ses « chef d’œuvres » (notez l’ironie). J’ai lu « le manuscrit retrouvé » lors d’un trajet Casa-Rabat avec l’ONCF.

Résumé

14 juillet 1099. Alors que les croisés sont aux portes de la ville, les habitants de Jérusalem se pressent autour d’un homme mystérieux connu sous le nom du Copte pour entendre ses derniers enseignements. La foule, composée de chrétiens, de juifs et de musulmans qui vivaient jusqu’alors en parfaite harmonie, s’apprête à livrer combat et la défaite semble imminente. Mais loin de toute stratégie guerrière, c’est une véritable leçon de vie qui leur est dispensée.
Le Manuscrit retrouvé est une invitation à repenser notre humanité qui pose une question d’une brûlante actualité : quelles valeurs subsistent lorsque tout a été détruit ?

Mon avis:

Je vous ne cache pas que je fus (agréablement ?) surprise par ce bouquin. Déjà pour clarifier, j’ai lu un livre de Coelho avant qui s’appelle « Je me suis assise sur le bord de la rivière piedra et j’ai pleuré ». C’est basée sur cette monumentale connerie littéraire (excusez mes termes), que je me suis faite un avis très stricte sur Coelho. (Pas la peine de vous dire ce que je pense de Musso 😀 ).

Avant même de le commencer, j’ai directement pensé aux livres de Dan Brown ou « la formule de dieu » car c’est ce que le titre et la couverture du livre m’inspirait. Il va sans dire que cela n’a strictement rien à voir !

Ce livre aborde le thème de la religion, des devoirs envers la société ainsi que la morale sous format de principe énoncé par un copte dans un village aux abords de la guerre. La manière dont il rationalise des sentiments tels que la peur, l’amour, la foi est joliment exprimée et permet au lecteur de se retrouver dans pas mal de choses. Je ne sais pas si Coelho a délibérément choisit de donner des leçons au monde d’une manière aussi « directe » mais c’est réussi. Je pense aussi que ce type d’écriture est ce qui lui sied le plus.

Pour un Coelho, c’est une réussite qui mériterait d’être discutée lors d’un club de lecture. Je me demande juste si les philosophes et théologiens seraient d’accord avec certains de ses passages.

Vous l’aurez compris ce livre m’a plu. Il n’empêche que je suis toujours sceptique par rapport à cet auteur et pense lire 2 ou 3 autres de ses livres avant de décider une fois pour toute s’il mérite son titre de prodige littéraire ou non.

Selon-vous quel autre ouvrage de Coelho devrais-je lire maintenant ?

PS : je lis actuellement « les identités meurtrières » de « Amine Maalouf ». Lui aussi je ne l’ai pas apprécié mais cela est une autre histoire à vous raconter…